Anne-Lise Courchay

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Artiste-créateur d'images et de livres


Richesse et variations

La construction de l’œuvre est d'abord un cheminement, des sources multiples d'inspirations, d'échanges et de transformations avec pour outils les plus simples points, traits, surface, couleurs. Un rythme s'installe, évolue, s'interrompt, évolue, se brise, reprend.

Par le recours à un module répétitif, tour à tour unité de base, fond, motif simple ou combiné jusqu'à la surface animée, je provoque harmonie et télescopage des éléments.

Ces puzzles, interactions multiples et graciles sont aussi là pour laisser de la place à l'observateur, à celui qui regarde et s'approprie, complète, s'identifie peut-être. Il y a don et échange ; parcours.


Ecrire par le dessin

Fortement imprégnés d'enluminure médiévale et d'iconologie, mais aussi par la peinture aborigène, la pensée de Paul Klee ou les miniatures perses, ces écrins de couleurs et d'êtres sont autant d'hommages à la nature, de talismans, de microcosmes ouverts, d'appels susceptibles d'être entendus et compris par des personnes de tous horizons, tous âges, toutes cultures, pour la contemplation, le recueillement, la communion.

Leur langage simple, symbolique, sans paroles, est le résultat d'un métissage, d'un mélange et d'une recombinaison perpétuelle de différentes techniques et inspirations, une sorte de world art où l'incarnation corporelle transmets des messages spirituels, universels et sans frontière. En diptyque ou triptyque, les parois poursuivent leurs échanges et bavardent, diffusent leur parole, leur ambiance, leur potentiel d'interprétation.

Point – trait – courbe, alternance, motif créant surface, surface au rythme des associations, interactions imprévues, motifs découlant d'autres : la magie opère de la répétition et de l'inattendu. Si peu mais de quoi écrire une vie entière.


La place du corps et de la main

Le placement et la précision du geste sont des éléments fondamentaux dans la maîtrise de mon art. Le geste, la main, le placement du corps, à la base de la connaissance des artisans, se retrouvent dans l'artiste. Le rythme de la main, la spécificité du mouvement, ses répétitions et limitations y deviennent strictement personnelles et affectent l’œuvre dans son unicité. Le dépassement du geste y est aussi dépassement de soi, transcendance ou maîtrise, recomposition.


Leur langage simple, symbolique, sans paroles...

                                      °°°

...est le résultat d'un métissage...

                                      °°°

...d'un mélange et d'une recombinaison...

                                     °°°